02 85 52 84 65 contact@mnpconseil.fr

Points clé de la Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel : Zoom sur l’entretien professionnel

Obligatoire depuis mars 2014, l’entretien professionnel est réaffirmé par la Loi du 5 septembre 2018 qui a toutefois apporté des aménagements à sa mise en œuvre.

1

En quoi consiste l’e. professionnel

Outre les perspectives d’évolutions professionnelles, l’entretien professionnel devra, à partir du 1er janvier 2019, aborder également :

  • La validation des acquis de l’expérience
  • L’activation de son compte personnel de formation par le salarié
  • Les abondements que l’entreprise est susceptible de financer
  • Le conseil en évolution professionnelle

L’entretien professionnel doit toujours avoir lieu tous les deux ans. S’il demeure qu’il doit aussi être organisé lors de la reprise du poste suite à une absence longue ou à une suspension du contrat de travail, il peut désormais être anticipé avant celle-ci, à la demande du salarié.

Un accord collectif d’entreprise, ou à défaut, un accord de branche peut aménager la périodicité des entretiens professionnels ainsi que le contenu de l’état des lieux récapitulatif du parcours professionnel du salarié qui a lieu tous les six ans.

2

acte clé du management dans l’entreprise

Les sanctions en l’absence d’entretiens professionnels subsistent pour les entreprises de plus de 50 salariés. Désormais, cette pénalité interviendra si, au terme des six années, le salarié :

  • n’a pas bénéficié de tous les entretiens professionnels requis
  • n’a pas suivi une formation non obligatoire, c’est-à-dire une formation autre que celle(s)conditionnée(s) « par l’exercice d’une activité́ ou d’une fonction, en application d’une convention internationale ou de dispositions légales et réglementaires ».

La pénalité prendra la forme d’un abondement par l’entreprise au compte personnel de formation du salarié concerné. Les montants fixés par un décret à paraître devraient être compris entre 500 euros et 3000 euros, et le salarié sera informé de ce versement.

3

POUR ALLER PLUS LOIN

Même si les entreprises de moins de 50 salariés ne sont pas concernées par cet abondement sanction, elles ont toujours l’obligation d’élaborer un plan de formation annuel (appelé « plan de développement des compétences » à compter du 1er janvier 2019) et de former leurs salariés pour maintenir les compétences en adéquation avec les postes et faire face aux mutations technologiques.

Dans ce cadre, l’entretien professionnel est un véritable outil managérial qui permet de tisser le lien entre la stratégie de l’entreprise et les aspirations et potentiels de ses salariés.

Source : www.droit-de-la-formation.fr et www.actuel-rh.fr

Appelez nous pour plus de précisions ou une aide sur la mise en œuvre de la démarche « entretiens professionnels » dans votre structure